AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ContexteUne vie à Séoul, des histoires qui s'entrecroisent, des liens qui se forment et se déforment. C'est dans cette ville que des histoires s'écrivent sans en avoir l'air, des histoires qui pourraient tout à fait voler la vedette aux dramas affichés sur vos téléviseurs. Votre vie n'est pas pas si différente que celle de l’acteur des plateaux. Déciderez-vous d'obtenir le premier rôle de votre existence ? - lire la suite
SOS est un forum CITY. Vous avez cinq jours pour poster votre fiche et dix jours pour la terminer. Aucun minimum de mots demandés par rp. Toutefois, il te faudra avoir posté 2 rp dans le mois et tenir ta fiche rp à jour
Forum fondé par Lauly et P'tit Biscuit. Graphisme et codage réalisés par Felicis. Forum ouvert depuis le 28.02.2019. Forum optimisé pour google chrome.

  • membres du mois
    Seoul on Set Tumblr_ohnn3frL2i1tl9dd7o8_250
    Zhang Sin
    Seoul on Set Tumblr_ohnn3frL2i1tl9dd7o8_250
    Im Haneul
  • voteurs du mois
    Seoul on Set Tumblr_ohnn3frL2i1tl9dd7o8_250
    Kwon Jaemin
    Seoul on Set Tumblr_ohnn3frL2i1tl9dd7o8_250
    Kikuchi Nana
the head & the heart
sample47

Lauly

Absente

sample74

P'tit Biscuit

Présente

sample83

Présente

sample83

Blacky

On demand




Festival, nudité & retrouvailles à Jeju || PV Jinette Hwa
 :: Somewhere Else :: Corée du Sud Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Dim 3 Mar - 14:51



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

Du soleil, BEAUCOUP de crème solaire pour éviter de devenir un homard de taille anormale et un sourire rivalisant avec l’astre lumineux lui-même, il chantait et jouait sur scène. Il était chez lui à cet endroit bien précis, centre d’attention d’une foule joyeuse qui était venue encourager les participants à ce petit festival de musique. Le stress l’avait presque dévoré vif, avant qu’il ne monte sur les planches. Et si sa voix se mettait à craquer, le trahissant de la pire manière qui soit, encore une fois ? Et s’il en oubliait les paroles de sa chanson ou les notes de la mélodie qu’il jouait ? Si ça se trouvait… les gens le trouveraient nuls et crieraient le nom de l’artiste suivant pour lui faire comprendre de mettre fin au plus vite à son truc. C’était la première fois que Woojin revenait sur la scène dans ce genre d’événement. Quand il était plus jeune, il passait tout son temps à courir les festivals. Il participait au maximum d’entre eux et traînait son groupe avec lui, pendant la courte période où il en avait un ici. Aujourd’hui, c’était le premier festival auquel il participait, en tant que chanteur en… presque sept ans. Le pire était qu’il y participait seul. Ce n’était qu’un petit concours qui avait lieu, rien de bien prestigieux, mais… l’australien avait trouvé le courage au fond d’un boxer oublié de se lancer. C’était en quelques sortes un test qu’il s’imposait à lui-même. Il avait préféré voir s’il y arrivait seul, plutôt que de demander à son ancien groupe de l’accompagner. Woojin n’était pourtant pas particulièrement attiré par l’idée d’une carrière solo, loin de là. Non, c’était plutôt pour voir s’il en était capable. L’idée de se mettre la honte tout seul lui était plus douce que celle de traîner son ancien groupe vers le bas avec lui.

Or, le chanteur s’était beaucoup trop inquiété pour rien. Les spectateurs semblaient l’adorer, chantant avec lui les paroles des covers qu’il faisait, répondant à ses questions entre deux chansons, dansant avec lui, le sourire aux lèvres. Woojin éclata de rire en se prenant un soutif par la tête, beaucoup trop surpris. Il le retira délicatement, lançant un regard étonné au bout de tissu puis pencha la tête en regardant le public. Le jeune homme remarqua un groupe de jeunes femmes qui tenaient un petit bac rempli de lingerie en tout genre. Pourquoi pas ? Elle devait en lancer aux artistes qu’elles aimaient bien ? Woojin prit un petit instant pour le leur demander, depuis la scène en riant et les remerciant d’ailleurs pour… l’attention ? Il ne savait pas trop comment le prendre, mais c’était amusant ! Il reprit ensuite sa chanson, puis admit que la suivante serait la dernière. Le public sembla déçu, chose qui réchauffa son petit cœur. S’ils en voulaient plus, c’était parce qu’il se débrouillait bien, non ? Question qu’il devait bien être le seul à se poser. Pour le moment, le jeune musicien était un des favoris du public et des juges. Son énergie sur scène était débordante, son charisme flamboyant et son amour de la musique, de ce qu’il faisait, était tangible. Que de bons points ! Les applaudissements furent plus que chaleureux, les cris devaient en rendre quelques-uns sourds. Woojin était  satisfait, content et fier d’avoir réussi à vaincre sa peur de refaire face à un public dans ce genre de contexte. À peine descendu, il envoyait un message sur sa conversation de groupe avec ses colocs et un autre à Hyun Jae, joignant une photo de son visage rayonnant et leur disant qu’il allait bientôt faire un arrêt cardiaque. Son cœur battait si fort ! L’adrénaline était au rendez-vous, lui donnant encore un petit coup de high même s’il était « tranquille » à présent.

Une fille paniquée et en proie au stress lui rentra dedans, renversant sur eux deux le contenu de son cabaret rempli de boissons fraîches. La joie. Bon, c’était rafraîchissant et il serait mentir que de dire qu’il n’avait pas chaud… mais bon… Un sourire bienveillant aux lèvres, il tenta de la rassurer en lui disant que ce n’était rien. Woojin avait des vêtements de rechange dans les vestiaires improvisés pour les participants du festival. Après tout, c’était un festival sur les plages de Jeju ! Les gens allaient vouloir se changer et aller se saucer dans la mer entre deux artistes ! Il ne perdit pas trop de temps et s’y rendit avec difficultés. En effet, quelques personnes l’arrêtaient en chemin pour lui dire qu’ils avaient aimé sa prestation. Sympa mais… Woowoo avait surtout hâte de se changer. Une fois aux vestiaires, il s’empressa de se dévêtir, étendant ses vêtements sur le banc devant les casiers pour qu’ils sèchent un peu et ouvrit son casier pour prendre son gel douche, qu’il avait traîné, au cas. Il n’avait pas pensé au fait que certains de ses amis les plus taquins participaient, eux aussi, à ce festival… Sa naïveté lui coûterait cher, un jour. Il alla emprunter une douche, ne se doutant de rien, souhaitant juste se décoller de la boisson sucrée qu’il avait un peu partout sur lui. Lorsqu’il revint à son casier, pour y prendre sa serviette et s’habiller… il vit que ses vêtements humides n’étaient plus sur le banc… et que ses vêtements manquaient dans son casier. Il y avait son téléphone, son portefeuille… mais pas de serviette, pas de sac, pas de vêtements… Ce n’était certainement pas son téléphone qui suffirait à le couvrir ! La nudité ne le dérangeait pas, mais être disqualifié pour atteinte à la pudeur… ce n’était pas trop ça. Il prit son téléphone et lu ses messages, y trouvant ce qu’il pensait : son groupe d’amis lui avait piqué ses fringues, trouvant ça drôle et il devait les trouver pour les ravoir. Il se gratta la cuisse, se demandant comment ne pas se faire virer du site et accomplir cette tâche. C’est à ce moment qu’il se rappela le groupe de filles et leur bac de sous-vêtements !

S’il réussissait à les trouver, il pourrait leur demander un ensemble et répondre qu’il était en maillot… sur la plage… si on l’interpellait. Bon, c’était un plan. Maintenant, il devait se rendre jusqu’à elles sans se faire chopper par la sécurité. Woojin n’avait pas mille choix. Il attrapa portefeuille et téléphone, referma son casier et se dirigea vers la sortie, comme si c’était normal de faire ça, tout nu et trempé. Aucune honte, aucune hésitation. Il espérait moins attirer l’attention comme ça. On y croit. Il y croit. Quelques pas sur la plage, des regards étonnés, d’autres curieux ou bien admiratifs… Aucun signe des filles à la lingerie facile, ni de ces amis. Woojin plissa les yeux, essayant de penser à où trouver un ou l’autre, puis décida que ça irait plus vite de demander. Il tapota tout naturellement l’épaule de la personne qui se trouvait à côté de lui et qui lui tournait le dos.

Pardon, vous n’auriez pas vu des musiciens imbéciles se sauver en courant avec un sac et des vêtements mouillés ? Ou sinon, un groupe de femmes avec un bac rempli de lingerie qu’elles lancent ? » demanda-t-il comme s’il demandait simplement l’heure.

panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Sam 9 Mar - 15:27



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



Une décision prise sur un coup de tête, comme souvent après tout. Il n’avait pas pris réellement le temps d’y réfléchir lorsqu’il avait vu cette publication instagram d’un vieil ami. Il aurait peut-être dû pourtant… oui, juste assez pour prendre la peine de lui envoyer un message avant de débarquer comme un gros stalker. Mais Woojin avait-il seulement répondu à ses derniers ? Combien étaient restés sans réponses ces dernières années ?
Assez pour que lui, le mec bien trop collant, finisse par ne plus lui envoyer.
Alors il mettrait ça sur le compte de son incroyable connerie. S’il se prenait un vent, il choisirait peut-être de dire que la mer lui manquait bien trop. Des excuses, on en trouvait toujours pour sauver la fierté. Ou bien on devenait Jin Hwa, le gosse idiot qui insistait un peu malgré la fierté.
Le problème n’était de toute manière pas encore trop présent. C’est vrai, il y avait pensé en faisant son sac. Investir le temps libre que l’agence voulait bien leur accorder dans un voyage hasardeux, ce n’était peut être pas la meilleure de ses idées, mais il avait néanmoins réservé le voyage jusqu’à se retrouver sur cette plage, à chercher une personne en particulier des yeux.

Il ne l’avait pas trouvé tout de suite. Il avait fallu les premiers accords et que son ami d’enfance s’installe à l’endroit le plus visible du coin pour qu’enfin il le retrouve. Pas besoin de présentation dans son cas, il l’avouait, il lui était arrivé avant cette fameuse publication de se perdre sur son compte instagram. Woojin, il l’aurait reconnu dans une foule, il faisait partie de ses personnes qui avaient de l’importance pour lui.
Sans trop y penser, il s’était avancé vers la scène, trouvant sa place entre des personnes qu’il ne connaissait pas et auxquels il n’avait pas porté d’intérêt. Son regard était resté sur cet idiot pendant tout son show. Il n’était qu’un gosse quand il l’avait connu. Un peu pénible, il l’admettait… un nouveau mauricien fraichement né qui avait fait la rencontre d’un jeune qui parlait la même langue que lui. ça l’avait appelé.

Quand maintenant, étrangement, le revoir enfin devant ses yeux, déclenchait en lui des sentiments contradictoires qu’il n’était pas certain de vouloir déchiffrer. Le sourire, c’était ce qu’il préférait toujours garder. Pourtant, la nostalgie était bien là. Evidemment, revoir Woojin ne pouvait que le transporter à Maurice, il avait beau venir d’Australie de son côté, ça n’y changeait rien… ça le renvoyait à ses années là-bas, au pays du dodo.
A Dae Hyun, mais aussi à un peu plus d’insouciance. Oui, dans le fond, c’était peut-être la nostalgie qui dominait.
Woojin avait du talent et ça, bien sûr, il l’avait pensé. Il les revoyait sur cette place à partager le goût de la musique.
Il les avait revu si bien, il s’était perdu avec si peu de volonté, que le temps de scène de Woojin, il ne l’avait pas vu passer.

Pas plus qu’il ne l’avait d’ailleurs vu disparaître. La direction dans laquelle il l’avait vu filer, il l’avait sans doute emprunté trop tard. Un instant, il l’avait cherché. Il s’était même renseigné, au risque de passer pour un fan boy, on lui avait répondu qu’il revenait normalement… mais on ne lui avait pas précisé qu’il ferait son retour tout nu.
En général, on ne s’attendait pas vraiment à se retourner pour voir un mec nu nous parler. Oui, même Jin Hwa l’avouait, lorsqu’il avait senti cette main sur son épaule et qu’il avait fait face à son ami d’enfance, il avait été capable d’avoir un moment de blanc « … » comme quoi, dans la vie, les miracles étaient possibles.
Malheureusement pour nous, il ne durait jamais longtemps, et quand sur ce moment de phase, son regard avait été de bas en haut pour souligner une nudité évidente, il n’avait rien trouvé de mieux à dire que « Salut. T’as l’air content de me voir… » ??? des points d’interrogation, ça en aurait mérité plus. Est-ce qu’il était bien certain de vouloir commencer par cette phrase là ?

« T’inquiètes, à moi aussi ça me fait plaisir. » est-ce qu’il ne préférait juste pas fermer sa gueule ou trouver une réplique bien plus sentimentale ?
Il ne mentait pas, ça lui faisait réellement quelque chose de le revoir. Bon, pas plus bas… mais c’était juste plus simple de dire des conneries que de marquer des blancs d’enfant choqué. Il avait grandi depuis. Il avait changé. Sans doute que Woojin aussi.
Et plutôt que de nous faire une analyse intérieur, il ne voulait pas plutôt l’aider à retrouver ses vêtements ? « Je suppose, vu tes questions, que tu as remarqué que tu étais tout nu. » oh tu crois ?


panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Dim 31 Mar - 17:39



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

Avec des amis comme les siens, Woojin ne s’étonnait plus trop quand il lui arrivait des choses stupides. Il aurait aimé, cependant, qu’on ne lui joue pas un tel tour dans ce cadre. Être nu n’était pas ce qui le dérangeait, mais la possibilité de se faire virer du concours ou d’être arrêté pour atteinte à la pudeur… Ça, ça le gênait un peu plus. Il n’avait pas fait tout ce chemin pour être disqualifié pour une bêtise comme celle-ci ! Ne souhaitant toutefois pas attendre dans le vestiaire toute sa vie, à interpeller des étrangers et leur demander leur aide, il était sorti. En plus, s’il y était resté, n’aurait-il pas attirer encore plus l’attention ? LÀ, il aurait eu l’air d’un pervers détraqué ! Tandis qu’en sortant, certes, il avait un peu l’air d’un exhibitionniste, mais il tentait de trouver un moyen de se couvrir ! C’était donc très différent, non ? Dans la tête de l’australien, ce l’était et il espérait que les autres gens le comprendraient ainsi aussi. Woojin, le dude qui espère peut-être un peu trop ! Il avait vite cherché des yeux ses deux solutions – une étant peut-être plus idéale que l’autre, il faut l’admettre – mais aucune d’elles ne lui avait sauté aux yeux. Le jeune homme s’en était donc remis à son espoir, en demandant de l’aide à une personne qui lui tournait le dos. Priant en silence pour que cette personne n’hurle pas et ne le prenne pas pour un pervers. Parce que c’est fou combien les gens s’excitent pour un petit bout de peau exhiber, alors un corps complet… Woowoo ne comprenait pas le mal à la nudité, ni pourquoi les gens l’associaient tant à la sexualité. Tout le monde est vraiment en train d’accomplir un acte sexuel quand ils prennent une douche ou quand ils se changent ? Ils y sont tous nus, après tout !

C’était avec toute l’innocence du monde qu’il avait tapoté cette épaule, loin de deviner à qui elle appartenait. Loin de se douter de la surprise qui vint l’assaillir lorsque son propriétaire se retourna, dévoilant son identité secrète : Jin Hwa. Les yeux écarquillés, l’étonnement s’accrochant à tous ses traits. Il cligna des yeux à maintes reprises, pensant se tromper de personne. Le silence du jeune homme le laissa croire, pendant une fraction de seconde qu’il se trompait. Peut-être s’imaginait-il des choses. Ce ne serait pas nouveau. Il avait cru croiser son cadet, à l’occasion… mais il s’était trompé. Puis, Woojin avait fini par s’éloigner, lorsqu’il s’était refermé sur lui-même. Priyanka avait mis fin à ses jours, mais elle avait aussi amené tout le futur que l’australien s’était imaginé et une partie de lui avec elle… Il avait eu beaucoup de difficultés à s’en remettre, à surmonter le traumatisme occasionné par la macabre découverte… à retrouver un quelconque sens à la vie. Jin Hwa lui avait longtemps tendu la main, mais... Woojin était trop loin dans sa douleur pour seulement la voir, au début, puis… lorsque sa silhouette se dessinait faiblement… tant de temps avait passé que la culpabilité l’avait empêché de la prendre. Qu’est-ce qu’il aurait pu lui dire ? « Désolé, j’avais l’impression d’être un mort oublié parmi les vivants ? » ou « Désolé, j’espérais juste ne plus jamais me réveiller et la rejoindre. » ? Les deux étaient vrais, mais… il n’avait pas le courage ou l’égoïsme nécessaire pour le faire. Il avait été déçu, blessé, déchiré… mais aussi en colère. Contre lui-même de n’avoir rien vu, contre elle pour n’avoir rien dit et l’avoir abandonné… Tant de choses avaient déferlé en lui. Il avait été noyé en une fraction de seconde, s’était perdu, avait erré… Puis, quand il était revenu à un semblant de lui-même, il avait eu l’impression qu’il était trop tard.

L’amitié a-t-elle vraiment une date de péremption ? Ou est-ce seulement le manque de courage des gens qui le leur fait croire ? C’est plus facile de se dire qu’on sera rejeté que de réellement tenter sa chance. Plus aisé de ne pas partager les douleurs qui nous ont ravagé, que de les mettre à nu, sans savoir si la personne y réagira bien ou si elle s’en moquera en disant que ce n’est pas une raison. Jin Hwa aurait sûrement compris… Woojin se l’était répété maintes fois, mais, il n’avait pas réussi à trouver la force de lui expliquer. Il vivait mieux, son moral retrouvant lentement son éclat d’antan, mais en parler restait toujours aussi difficile. Les mots ne voulaient pas franchir ses lèvres, ni ses doigts, pour être écrits de manières franches et directes dans un message… Et aujourd’hui, il se retrouvait face à lui. Ce petit bonhomme qui avait bien grandi. Il l’avait toujours considéré comme un petit frère, mais aujourd’hui, il se disait qu’il n’en avait plus le droit. Sa nudité ne le gênait pas le moins du monde, mais le silence qu’il avait maintenu entre lui et le plus jeune… rendait la situation particulière. Woowoo ne savait pas s’il devait s’excuser, enfin, oui, il devait le faire… mais en premier ? Il savait aussi qu’il n’avait absolument pas envie de s’expliquer maintenant. Le musicien ne voulait pas plomber l’ambiance avec ses histoires. Devait-il faire comme si rien n’avait eu lieu, alors ? En attendant de réussir à lui dire correctement les choses ?

Salut. T’as l’air content de me voir… »

Surpris à nouveau, puisqu’il s’agissait bien de son vieil ami. Il ne sut pas trop quoi répondre. Oui, il était content de le voir… même si la culpabilité n’était pas bien loin. Avait-il le droit d’être content de le voir ? Il ne savait pas trop.

T’inquiètes, à moi aussi ça me fait plaisir. »

-Un sourire rassuré s’esquissa timidement sur ses lèvres.

T’es pas précisément ce que je cherchais, je l’admets… mais je suis content de te voir. » admit-il avec un petit rire embarrassé.

Ce n’était pas pour le vexer qu’il disait ça, mais plutôt pour prendre la perche humoristique que le petit lui avait tendu. Jin Hwa devait bien se douter qu’il cherchait un moyen de se couvrir, en premier !

Je suppose, vu tes questions, que tu as remarqué que tu étais tout nu. »

C’est qu’on ne pouvait rien lui cacher à ce petit Mauricien ! Woojin hocha la tête, oui, oui, il en avait bien conscience. C’était un peu le problème qu’il tentait de régler, là.

Oui… je sais… Je m’en foutrais, normalement… mais… j’aimerais éviter de me faire virer du concours et du festival, parce que j’ai des amis idiots qui ont trouvé drôle l’idée de jouer à cache-cache avec mon linge… » dit-il, en regardant autour.

Qui sait, peut-être que ses amis n’étaient pas allés bien loin. Histoire de le voir se mettre dans l’embarras et d’en rire ! Si eux n’y étaient pas, peut-être que la sécurité était proche et que Woojin devrait se sauver pour les éviter !

Et toi ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » demanda-t-il, intrigué par sa présence au festival, il devait l’admettre. « Et… je me sens assez mal et con de te demander ça… mais… tu n’aurais pas un vêtement en trop ? À me prêter… pour que je ne me fasse pas arrêter ? Please ? » ajouta-t-il, visiblement mal de lui demander, mais… avait-il le choix ?


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Dim 7 Avr - 20:06



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



Ce n’’était probablement pas son idée la plus brillante. Se pointer ici à l’improviste, sans même un petit mot avant quand il connaissait pourtant assez bien son compte instagram, il avait fait mieux….
Mais il était assez con pour nous souligner qu’il avait également fait pire. Après tout, des idées brillantes, il n’en n’avait pas eu tant que ça dans sa vie. Il avait même été parfois le roi des pires. Alors, quelque part, il ne faisait que suivre une lignée tout à fait logique. Moins logique était la nudité de celui qu’il retrouvait. ça, il ne pouvait pas le nier en revanche, les retrouvailles étaient pour le moins unique. Il avait beau être capable de citer quelques exemples pouvant se résumer sous les lettres “wtf” dans sa vie… retrouver un vieil ami après tout ce temps et aborder une conversation alors qu’il se tenait entièrement nu devant lui… c’était sans aucun doute la première fois que ça lui arrivait. Ouais, il pouvait réfléchir, chercher quelques minutes dans sa mémoire, il en était même certain. Alors autant gagner du temps, s’épargner des maux de tête … et aller directement à la connerie ?

Il n’avait pas quelque chose d’un peu plus sentimental à dire à un ami qu’il n’avait pas vu depuis des années ?
Des mots, il ne devait pas en manquer… depuis tout ce temps, il y en avait bien eu plusieurs qui avaient traversé ses pensées. Mais les discours, ils étaient toujours mieux au moment où on les répétait que lorsqu’on se retrouvait devant la personne à qui ils étaient destinés. Et si cette fois, il avait eu le temps d’un trajet pour s’y préparer, il avait au final tout miser sur une plaisanterie plutôt que sur quelque chose d’un peu plus touchant.
Et pourtant, Woojin, ce n’était pas n’importe quel mec qu’il avait croisé comme ça, au hasard de sa vie. Inutile d’en douter quand il se trouvait là aujourd’hui, c’est vrai.
Il avait compté. Il l’avait fait assez pour le faire encore aujourd’hui même. Et il avait commencé à le faire ce jour-là, quand il l’avait rencontré sur la plage d’un pays dont il ne parlait pas encore la langue.

Lorsque sa famille et lui étaient repartis, il en avait été attristé. Le temps avait passé, mais ça ne l’avait pas empêché de chercher à garder le contact jusqu’à ce qu’il soit rompu brutalement.
Il avait à la fois grandi avec et sans lui.
Mais c’était sans doute plus malaisant de lui dire des trucs un peu plus profond, ça l’était d’autant plus quand l’un des deux participant à la conversation avait manifestement perdu ses vêtements en chemin.
« Ah non ça je sais, j’suis mieux que ce que t’espérais trouver ! » sérieusement ?
Quoi ? Il était assez grand pour être con non ?
Oui, et il l’était aussi pour aider un ami dans le besoin. Que celui-ci soit un revenant ou non « ça tombe bien ! » il est tout nu à une manifestation public Jin Hwa, on voit mal ce qui peut tomber bien là-dedans. Va falloir nous éclairer sur ce coup là « J’ai été sacré champion du cache-cache pendant 3 années consécutives ! J’suis capable de te retrouver jusqu’à ta chaussette rose et jaune à pois bleu en même pas sept minutes… bon ok, peut être huit. » … tu te vantes… mais es-tu capable d’un tel miracle quand tu ne sembles pas capable de dire quelque chose de plus sérieux ?

Ce n’était pas plus mal pour le moment. Faire comme s’ils ne s’étaient pas quittés il y a si longtemps que ça. Faire comme si le dernier mot écrit n’était pas daté de plusieurs années en arrière. Faire comme si il était tout à fait normal de retirer une chemise large pour lui pour la refiler à son camarade. Il ne fait peut-être que 2, 3 centimètres de plus que Woojin, mais ça ferait l’affaire pour cacher l’essentiel. Ce n’est qu’en lui confiant son vêtement qu’il avait répondu, après un temps de silence qui pouvait s’apparenter à une gêne qu’il avait tenté de masquer « Je suis venu te voir… » ouais… vrai… pourtant la connerie avait repris le dessus lorsqu’il s’était hâté d’ajouter « Bon en vrai, je viens pour le concours de châteaux de sable. » Quoi ? Il savait en faire ! Et une plaisanterie était toujours un bon moyen d’engager une chasse aux vêtements qu’il avait débuté d’un regard circulaire sur cette plage « Mais j’imagine qu’avant de bâtir le plus beau des châteaux français, je vais t’aider à trouver tes vêtements… ou au moins quelque chose à te mettre. » quel bon samaritain, quel ami dévoué qui se mettait en marche dans la plus étrange des quêtes. Définitivement, il ne s’était pas imaginé exactement des retrouvailles de ce genre.


panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Mer 24 Avr - 15:01



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

Il avait l’air un peu con, tout nu, devant son ami d’enfance à qui il n’avait pas parlé depuis des siècles. Ce n’était pourtant pas parce que Jin Hwa n’avait pas tenté de prendre de ses nouvelles. Woojin en avait bien conscience, c’était de sa faute, entièrement et il le savait. C’était donc la culpabilité de ne pas avoir pris la main qu’il lui avait si longtemps tendu qui était plus forte que la gêne liée à son manque de vêtements. L’australien n’avait aucune pudeur, de toutes manières, lorsqu’il s’agissait de son corps. Son vieil ami le savait bien et devait avoir vu ses petites fesses un nombre incalculable de fois, déjà. Il se sentait idiot, tout d’un coup et se demandait où il pourrait se cacher. Où trouver des vêtements aussi, pour ne pas être mis dehors et disqualifié… serait une idée aussi. Son jeune ami ne lui mit pas son poing dans la figure, c’était donc un peu rassurant. Rien ne disait qu’il ne le ferait pas plus tard et l’artiste savait qu’il le mériterait bien. Depuis qu’il allait mieux, Woojin avait souvent pensé à lui. Comment allait son petit frère de banjo ? Sa vie se passait bien ? Il n’avait pas d’ennuis ? Avait-il le support nécessaire pour traverser les épreuves que lui envoyait la vie ? Il avait demandé, en de rares occasions, à ses mères si elles avaient des nouvelles de la famille mauricienne. C’était quand il trouvait le courage d’essayer de faire face à ce qu’il pensait avoir perdu. Quand il voulait être rassuré sur le cas de son petit frère de cœur… mais n’arrivait pas à oser retourner vers lui. Jin Hwa devait avoir avancé dans sa vie et n’avait plus besoin de lui, il avait appris à vivre avec son absence. C’était ce que pensait douloureusement Woowoo. Il ne regrettait pas, en un sens, de s’être fermé. Il allait si mal à l’époque, tant de gens avaient eu peur pour lui et s’étaient morfondus en inquiétude… Le black de cœur avait au moins été épargné du pire.

Ses yeux n’étaient pas épargnés de grand-chose, par contre, maintenant. La surprise dépeinte sur son visage, le fait qu’il ne savait pas comment lui répondre… ce qu’il pouvait se permettre de dire ou faire. C’était presque aussi flagrant que sa nudité ! Le soulagement vint se mélanger à tout ça, alors que Jin Hwa l’avait taquiné. Manière… étonnante de briser la glace, mais qui mettait un peu plus à l’aise l’idiot du village.

Ah non ça je sais, j’suis mieux que ce que t’espérais trouver ! »

C’était à la fois… vrai et faux. Un sourire coupable étira ses lèvres, alors qu’il hochait doucement la tête. Jin Hwa était une de ces personnes qui lui manquait douloureusement, mais avec qui il n’osait pas espérer une réconciliation. C’était donc beaucoup mieux que de stupides vêtements. Cependant, dans la seconde immédiate… il avait quand-même besoin de fringues ! Pour une question plus professionnelle, si on veut. L’australien était trop sobre et choqué pour savoir quoi répondre. Il avait tellement de choses à dire à son vieil ami, tellement de choses à se faire pardonner et encore plus de questions à lui poser. Il voulait savoir ce qu’il avait manqué, dans tous les détails. Mais Woojin se demandait aussi s’il avait le droit à tout ça. C’était lui qui avait fait le mort… imitant sa bien-aimée… alors, pourquoi ne retournait-il pas dans son cimetière virtuel ? Essayant d’imiter son petit mauricien préféré, il avait tenté de faire comme si de rien n’était et lui expliquer pourquoi il se retrouvait tout nu, dans une manifestation publique.

Ça tombe bien ! »

Ça tombait bien ? Vraiment ? Pourquoi ? Le visage de l’australien traduisait assez clairement les questions qui lui traversaient l’esprit.

Ça t’a tellement manqué de me voir tout nu ? » demanda-t-il avec un petit rire nerveux.

La réponse la plus stupide du monde. Il en avait bien conscience, mais c’était sorti tout seul ! La nervosité ayant eu raison de lui.

J’ai été sacré champion du cache-cache pendant 3 années consécutives ! J’suis capable de te retrouver jusqu’à ta chaussette rose et jaune à pois bleu en même pas sept minutes… bon ok, peut être huit. »

Son sourcil le plus expressif, soit le droit, s’arqua en entendant cette réponse bien singulière. Il ne put s’empêcher de rire un peu, remarquant que son humour n’avait pas changé. Jin Hwa était toujours aussi adorable, le petit frère qui ne figurait pas dans son arbre généalogique, mais bien dans son cœur. Woojin se sentait tellement mal de ne pas avoir réussi à être assez fort… de lui avoir tourné le dos, parce qu’il s’enterrait tout seul dans ses idées noires.

Tes parents devaient être si fiers..! » répondit-il, timidement, n’arrivant pas à le regarder en face, même s’il forçait un sourire.

L’artiste le remercia mille fois, lorsqu’il lui passa sa chemise. Ça couvrait au moins le minimum, il attirerait un peu moins les regards, comme ça. La sécurité le prendrait peut-être moins pour un pervers. Jin Hwa était son sauveur, celui qui arrivait sur son cheval blanc invisible et qui le tirait d’une horrible situation ! Woojin l’enfila rapidement et la boutonna, cachant finalement ce qui attirait le plus les regards admirateurs ou curieux.

Je suis venu te voir… »

L’australien le regarda, les yeux ronds, puis les cligna, lentement. Comment avait-il su qu’il serait là ? Ah… il l’avait posté sur instagram, facebook, partout… et ses mères le savaient aussi… Woowoo avait cessé de lui répondre, mais ça ne voulait pas dire que Jin Hwa s’était désabonné de ses comptes… Lui-même ne l’avait pas fait, n’osant pas aimer ou commenter ses publications, à cause de la honte d’avoir disparu… mais ça le rassurait de voir ce petit sourire sur son fil d’actualités.

Bon en vrai, je viens pour le concours de châteaux de sable. »

Aaaaahhh… je vois, c’est vrai que les châteaux de sables sont toujours cool ! » répondit-il, prenant la perche qui lui était tendue, même s’il restait visiblement confus. « Les tiens ont toujours été mémorables, même si je leur trouvais une inspiration un peu douteuse et qu’ils manquaient de pingouins… » ajouta-t-il, un sourire nerveusement taquin aux lèvres.

Lui et son obsession des pingouins, ça ne datait certainement pas d’hier ! Il avait toujours voulu en ajouter, chercher pas à savoir pourquoi, dans les sujets royaux des plages chaudes.

Mais j’imagine qu’avant de bâtir le plus beau des châteaux français, je vais t’aider à trouver tes vêtements… ou au moins quelque chose à te mettre. »

Château français ? Vraiment ? J’avais bien raison de dire que tu avais de drôles de modèles… » répliqua-t-il, toujours aussi joueur.

Woojin faisait de son mieux pour tenter de couvrir sa gêne, même si elle devait rester palpable. Devait-il s’excuser ? Ou attendre qu’ils n’aient trouvé des vêtements ? Est-ce que ce serait bizarre s’il le faisait, maintenant ? Il passa sa main sur sa nuque, puis dans ses cheveux, essayant de mettre de l’ordre dans sa tête, même s’il n’y arrivait clairement pas.

Allons… par là. » dit-il, pointant le ponton qui était un peu moins occupé.

Connaissant ses amis, ils avaient dû aller se planquer dans un endroit tranquille pour picoler et rire de leur exploit.

C’est quoi le prix pour le concours de château de sable ? » demanda-t-il, tentant de faire comme si c’était normal.

Il se mordilla la lèvre inférieure, baissa les yeux quelques secondes. N’était-ce pas plus bizarre de faire les choses comme ça ?

Je suis… désolé… » finit-il par murmurer, sa culpabilité débordant de partout.

Woojin releva les yeux vers lui, lui offrant son expression la plus sincère, alors qu’ils étaient à la recherche de ses stupides vêtements à parler de châteaux de sable… logique.


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Jeu 23 Mai - 23:29



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



Peut-être qu’avant de débarquer ici, avant de se pointer devant son ami pour des retrouvailles surprises, il aurait pu s’entraîner à avoir une conversation un peu moins stupide. Peut-être aussi qu’il aurait pu prendre le temps de préparer un beau et long discours. Quelque chose d’un peu embarrassant à dire sur le moment, mais qui aurait peut-être été d’une certaine aide pour la suite. Il ne connaissait pas le principe d’aplanir les choses ? C’était un très joli verbe qui pouvait parfois permettre de repartir sur de nouvelles bases. Quelques lettres qui formaient un mot et qui aidaient en général à taire un peu les gênes éventuelles futures.
Mais non, lui, il était l’idiot qui se présentait comme un « mieux » alors qu’il n’était dans le fond qu’un inattendu qui se pointait devant une vieille connaissance qu’il n’avait pas su arrêter de considérer autrement que comme un ami. Oui, il était l’idiot qui ne s’était pas vraiment préoccupé des années de silence, qui n’en n’avait en tout cas pas tenu compte pour revoir son jugement sur l’aîné nu qu’il lui faisait à présent face. Il était le gamin mauricien, pas si mauricien que ça, qui n’avait pas oublié qu’un jour il avait fait la connaissance d’un Woojin qui avait donné à sa vie quelques nouvelles saveurs dont il trouvait encore le moyen d’être reconnaissant aujourd’hui malgré l’absence.

Il pouvait avoir grandi, avoir perdu ses airs d’enfant et se prétendre même majeur dans un pays où il ne l’était pas encore, ça ne changeait rien au fait que le gamin d’hier qui avait rencontré un australien sur lequel il avait mis le terme « d’ami » comme une évidence inévitable.
Et s’il comptait réellement faire comme si de rien était, il aurait peut être pu commencer au moins par quelque chose dans ce genre-là. Et peut-être aussi prendre la peine de lui demander s’il ne l’emmerdait pas trop à débarquer comme ça à l’improviste dans sa vie.
Bah ça… il était plutôt le héros de la situation maintenant non ? Le Jean-Paul Gauthier qui venait secourir le damoiseau nu en détresse. Quelque chose comme ça. Il n’était pas assez calé en Marvel mais il doutait qu’un super héros capable de fringuer les autres existe ceci dit. Et puis, connaissant son taux de scandale, s’il faisait preuve d’un minimum d’honnêteté, il conviendrait qu’on ne penserait pas tout de suite à lui pour le premier rôle de cette nouvelle production un peu étrange.
« ça m’aurait plus marqué si je t’avais vu en tutu avec un chapeau de pêche et des santiags pour être tout à fait honnête » et pourtant, imaginer cette image n’avait pas quelque chose de divertissant ?
Lui, il était manifestement d’abord là pour se vanter d’être le roi du cache-cache. Un Roi pas si fier qui devait désormais apprendre à changer de sujet. « Par chance », c’était le genre de remarques à laquelle on apprenait à répondre avec le temps. Le genre de remarques qu’on savait dévier pour épargner le malaise à tout le monde. Et dans son cas, ça se faisait toujours par la connerie… « Obama m’a appelé en personne pour me féliciter ! » est-ce qu’il était fier d’éviter les sujets les plus sérieux ?
C’était comme ça qu’il avait appris à faire.
Être orphelin, ce n’était pas quelque chose dont on se plaignait, ou dont on parlait manifestement selon lui… et selon Dae Hyun, il n’y avait pas de quoi s’en vanter. Sur le grand arbre de la vie, à priori, ils se situaient non loin des mauvaises herbes.

Mais au moins les mauvaises herbes avaient de quoi couvrir les amis dans le besoin. C’était déjà un début, de quoi éviter des ennuis avec les services de protection de la pudeur.
Il aurait pu lui parler du tissu de sa chemise, de l’endroit où il l’avait acheté, de son histoire passé voir des grands monarques qu’elle avait pu couvrir – tout s’inventait – mais à la place il avait jeté un vent de malaise qu’il avait rattrapé avec une sombre histoire de châteaux de sable. On faisait comme on pouvait quand on était un crétin. Et manifestement, à en juger par la réponse de son ami, ça ne marchait pas si mal que ça. Oui, ce n’était peut-être pas la perfection, oui le malaise se ressentait encore, mais les pingouins, ce n’était après tout pas si mal que ça pour rebondir  « Les pingouins c’est pour les sculptures de glace. J’aime pas la glace. La glace c’est froid. » … et ça, c’était bien vrai. Combien de fois avait-il dit qu’il faisait trop froid dans ce pays quand l’hiver avait frappé Séoul ?
Une ou deux…
… Trois ou quatre…
Pas plus de deux cent fois en tout cas !

Se plaindre du froid, bonne idée. Parler de la France, aussi. Trouver les vêtements de son ami en chemin, idée plus grandiose encore  « Peut-être mais moi dans mes châteaux, ils servent des sandwich jambon beurre » … alors, tes châteaux sont en sable. Et tu vas arrêter de te la ramener avec tes termes français placés au milieu d’une conversation. Ici, on parle d’un vol, d’une obligation de nudité, de retrouver dans l’urgence des habits !
Et surtout pas trop de sujets rimant sur le fond avec des termes comme « abandon » ou plus largement « disparition ».

Alors il l’avait suivi, hochant la tête à la désignation du ponton vers lequel il s’était dirigé. Il y aurait ceci dit bien un moment où il faudrait avoir une conversation avec plus de sens… il le savait non ? Un moment où il lui demanderait ce qu’il devenait… en dehors des quelques infos qu’il pouvait voir sur un compte instagram, sur un profil facebook, ou les grands classiques des stalkers. Il y aurait bien un moment où il se permettrait au minimum de laisser un peu de curiosité franchir sa bouche. Un moment où il renoncerait à cette stupide histoire de châteaux de sable « Des chips à la crevette, un kinder bueno et un bon pour un repas chez Pizza Hut » … ?????
D’accord, on voulait bien l’accorder, la réponse était stupide.. mais elle était sans doute bien moins gênante que les mots qu’on avait soufflé près de lui et qui avaient arrêté ses pas pour le faire se retourner vers son ami. « Bah c’est pas grave tu sais, j’y mange quand je veux à Pizza Hut…. » Pénible, il l’était… pourtant, il le comprenait bien non ? De quoi Woojin voulait parler maintenant ?
Assez pour détourner les yeux vers la mer un instant, passant une main dans ses cheveux tandis qu’il envisageait d’être un peu moins crétin… cherchant un instant des mots plus sérieux, quelque chose d’un peu plus sincère à dire… « C’est rien, t’as pas besoin de t’excuser… » c’était déjà mieux… c’était un début….  « J’serais pas là maintenant si j’te faisais la gueule… » … et les châteaux de sable alors ?
Ok… il avait menti pour les châteaux de sable….


panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Jeu 30 Mai - 22:39



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

Woojin ne savait pas trop comment réagir face à la situation. En un sens, il était tellement heureux de revoir en personne son petit frère de cœur. Il ne le voyait plus qu’en photos, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans ses souvenirs, depuis un moment déjà. Cependant, dans l’autre sens… il se sentait horriblement coupable et honteux d’avoir disparu de sa vie sans donner de préavis. L’australien ne savait pas s’il avait le droit de se réjouir de ces retrouvailles, à cause de ce sens obscur qui prenait trop de place. Le fait qu’il ne soit nu comme un ver n’était absolument pas un problème. Jin Hwa l’avait déjà vu plusieurs fois comme ça, déjà quand ils étaient jeunes, puis en vieillissant aussi. Woojin n’avait jamais été du genre pudique et ses mères n’ont jamais cherché à changer ce trait de caractère.

Ça m’aurait plus marqué si je t’avais vu en tutu avec un chapeau de pêche et des santiags pour être tout à fait honnête. »

Une expression d’horreur se dessina sur son visage en l’entendant décrire cette tenue très spécifique et certainement impossible.

Les santiags et le tutu… ouais, je pourrais les mettre… mais… sérieusement ? Un chapeau de pêche ? Le pire chapeau qui existe au monde ! Je comprends qu’il faut se protéger la tête quand on va pêcher, sauf qu’une casquette, ça existe ! Un chapeau melon, si on veut un peu de classe, n’importe quoi mais pas le chapeau de pêche ! » commenta-t-il, ne pouvant s’empêcher de défendre un minimum son honneur.

Bon, c’était con de sa part. Il le regretta dans la seconde d’ailleurs. Pourquoi détestait-il autant cet affreux chapeau ? Grâce à leurs bêtises, ils faisaient tous les deux comme si de rien n’était. Ils tentaient tous les deux de maquiller le malaise qu’il y avait bel et bien entre eux. Woojin avait tant de choses à lui dire, à lui expliquer, tant d’excuses à lui donner… Rien de cela ne voulait traverser ses lèvres pour autant, il ne savait pas comment dire les choses, ni si c’était le bon moment. Puis, il ne savait pas s’il avait le simple droit que de faire ça. N’était-ce pas déplacé de sa part ? L’australien se contentait donc d’alimenter les bêtises, préférant ça que rien du tout. Il ne voulait pas que la discussion ne s’arrête trop tôt, souhaitant passer plus de temps avec Jin Hwa. Il lui avait manqué le petit mauricien, horriblement, donc… même s’il se sentait coupable et peinait à le regarder en face. Si c’était sa seule chance de le croiser, alors, il ne voulait pas la rater.

Obama m’a appelé en personne pour me féliciter ! »

Rien de moins ! » dit-il avec un petit rire nerveux.

Cette fois, il n’avait pas trouvé quelque chose de plus intelligent… ou plus stupide… à répondre. Abusant peut-être de la situation ou de la relation qu’ils avaient eu, Woojin avait trouvé le courage de lui demander s’il n’avait pas un vêtement en trop. Les regards des gens ne lui faisaient ni chaud ni froid, mais l’idée de se faire arrêter le stressait presque autant que ces retrouvailles. Jin Hwa, ange du jeu de cache-cache et des châteaux de sable l’avait sauvé en lui passant une chemise. Continuant de se prêter au jeu, l’australien lui avait répondu une bêtise à saveur de nostalgie. Quand ils faisaient des châteaux de sable ensemble, gamins, il essayait toujours d’ajouter des pingouins à leur histoire.

Les pingouins c’est pour les sculptures de glace. J’aime pas la glace. La glace c’est froid. »

Les pingouins en ont marre d’avoir froid et ils veulent des vacances dans un château au soleil, eux aussi ! » répliqua-t-il, toujours aussi mature que lorsqu’ils étaient gamins, lorsqu’il s’agissait de ce sujet.

C’était exactement ce qu’il lui disait… depuis toujours. Comme quoi, il avait vieilli, mais n’avait pas nécessairement changé. Woojin baissa les yeux, se sentant stupide d’avoir répondu si naturellement. Comment pouvait-il se permettre d’agir si… normalement ? Alors qu’il avait été si idiot et n’avait pas réussi à répondre à ses messages… ni à trouver le courage de trouver les mots pour revenir vers lui.

Peut-être mais moi dans mes châteaux, ils servent des sandwich jambon beurre. »

Et c’est sensé être bon ? » demanda-t-il avec un petit rire peu convaincu.

Il n’avait jamais été très cuisine française. Puis, faut se le dire, où d’autre que dans son pays on trouvait son fameux vegemite qui faisait sourciller les étrangers, mais que lui aimait tant ? Ça ou ses fameux burgers qu’il aimait vraiment trop… Un sandwich jambon beurre ne rivalisera jamais avec ça ! Jin Hwa avait accepté de le suivre dans sa recherche, marchant tous deux vers le ponton. Woojin espérait vraiment que ses imbéciles d’amis s’y trouvaient, souhaitant remettre la main sur ses vêtements ! En attendant, il évitait les silences, mais en ne disant pas les bonnes choses, continuant dans la stupidité.

Des chips à la crevette, un kinder bueno et un bon pour un repas chez Pizza Hut. »

L’australien n’eut même pas la force de rire à cette réponse originale. Quel prix décevant quand-même c’était, heureusement qu’il était imaginaire. Se sentant trop coupable et n’arrivant plus à faire semblant, il trouva le courage quelque part de s’excuser. Ce n’était pas suffisant, il le savait, mais c’était un premier pas. Voyant que Jin Hwa s’était arrêté, Woojin en fit de même, se demandant si le petit mauricien n’allait pas le frapper, lui crier dessus ou n’importe quoi d’autre. Il l’aurait mérité.

Bah c’est pas grave tu sais, j’y mange quand je veux à Pizza Hut…. »

Le musicien lui lança un regard confus, puis baissa de nouveau les yeux. Il lui en voulait tant qu’il ne voulait rien entendre ? Ou était-il juste trop mal à l’aise ? Il n’était pas trop sûr…

Je… ne parlais… pas de ça… » expliqua-t-il, d’une faible voix honteuse.

Au cas où ça avait besoin d’être clarifié. Il lui en coûtait beaucoup de le dire, mais… pour une fois, il se devait de sortir ces mots horribles qu’il ne voulait jamais prononcer. Son petit frère de cœur méritait des explications, de savoir qu’il n’avait pas arrêté de compter, que c’était juste l’australien qui avait été con.

C’est rien, t’as pas besoin de t’excuser… J’serais pas là maintenant si j’te faisais la gueule… »

Se mordillant les lèvres, il resta silencieux quelques secondes, puis releva finalement ses yeux tristes et pleins de culpabilité vers lui.

Jin Hwa… ce n’est pas rien… Je suis… désolé… vraiment… » murmura-t-il, son regard s’embuant de larmes. « J’ai… perdu la… tête… ou je sais pas… un peu tout… en perdant… Pri… » admit-il, sa voix se brisant sur cette phrase qui lui arrachait.

Il n’arrivait toujours pas à prononcer son prénom complet. Son cœur se brisait en y repensant, revoyant son adorable sourire être remplacé par… son regard vide et sans vie… Woojin essuya les larmes qui coulèrent sur ses joues, essayant de rester calme.

Après… je pensais que trop de temps avait passé… et je savais que je te devrais des explications… mais… je n’arrive toujours pas… à en parler… me faire à l’idée… Je suis désolé… » expliqua-t-il, sa voix tremblant sous ses efforts.

Ce qu’elles étaient chiantes ces larmes à continuer de couler même s’il passait ses mains pour les effacer.


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Ven 14 Juin - 19:33



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



« D’accord, j’aurais pu te voir avec un tutu et des santiags, mais pas avec le chapeau de pêche. Tu noteras quand même que le tout avec la casquette, c’est pas assorti ! » ah ? Parce qu’avec le chapeau de pêche ça l’est ?
Ok, peut être pas. Mais quand on vivait pour la connerie de base. Quand on le faisait doublement maintenant pour chasser les malaises, on faisait ce qu’on pouvait. Oui, en venait même à parler d’Obama alors qu’il serait pourtant si simple de prononcer un mot, deux, aller même jusqu’à trois. Former quelque chose de plus sérieux qui percerait la bulle de malaise bien plus qu’un président américain ou une histoire un peu étrange de chapeau de pêche.

N’était-il pas venu là pour le retrouver ? Il l’avait fait….
Il l’avait même retrouvé nu, et dans une certaine définition, c’était pas mal retrouver le Woojin connu que de le retrouver nu !
???
Passons… n’avait-il pas envie de le retrouver mieux après avoir mis les choses à plat ? Lui parler au moins un peu sentiments, et lui dire qu’il lui avait manqué.
D’accord… la dernière option ne le mettrait pas plus spécialement à l’aise mais il devait bien avouer que c’était un aveu qu’il avait envie de faire. Un aveu sincère… quelques mots avant de se remettre à parler pingouins et compagnie s’ils le voulaient toujours…
« Ok… là tu marques un peu, le peuple pingouins et moi nous nous comprenons. Je défendrai donc leur cause. » prononcer des noms français, et se planter un peu lorsqu’il répondait sans réfléchir « C’est vrai que t’as jamais vraiment goûté ma cuisine ! » … il l’avait regretté, mais c’était sorti…

Oui, le manque de connaissance de Woojin à ce sujet aurait pu se justifier simplement par leur relation à distance. Ils ne s’étaient pas vus tant que ça avant de vivre chacun dans leurs pays respectifs.
Mais il le savait, ce n’était pas que pour ça que, au-delà du sandwich jambon-beurre, Woojin n’avait jamais goûté à sa cuisine mauricienne.
Alors il avait bon d’enchaîner en connerie. Il avait été bon de noyer le poisson. D’oublier les excuses de Woojin et de faire comme si ?
Certes, son public n’était plus si réceptif mais il était assez doué pour s’acharner quand il le voulait non ?

Ses excuses, il avait bien essayé de les refuser ensuite. Parce que Woojin n’avait pas vraiment besoin de lui en faire. Parce que ça ne le dérangeait pas de reprendre comme s’ils n’avaient pas perdu contact tous les deux. Dans le fond, il aurait été capable de tenter la même chose avec son grand frère s’il était revenu… sauf que Dae Hyun, lui, au contraire de Woojin, il aurait marché direct… parce que ça n’avait pas pris avec Woojin… et il s’en était senti franchement con.

« … » en réalité, il s’était senti con dès qu’il avait regardé le regard de son aîné. Trop triste à son goût, il manquait de pingouins. Si l’embarras lui avait fait tourner les yeux les premières secondes, la voix brisée de son ami les avaient amené à retrouver un visage « C’est pas... » Il ne savait pas trop ce qu’il aurait trouvé à dire si l’intelligence lui avait été donnée en suffisantes quantités pour terminer sa phrase.
Ou alors, les larmes de son ami l’avaient rendu suffisamment plus con pour qu’il ne sache plus quoi dire.
On le disait souvent, entre mecs, dans un code sombre que personne ne connaissait réellement, qu’il y avait des tenues dans lesquelles on évitait de se faire des câlins. Et sans doute qu’être nu, recouvert par la simple chemise que votre frère d’arme venait de vous prêter, en faisait partie.

Et pourtant, sans réellement y penser, il s’était approché de son aîné pour le prendre dans ses bras. Il s’était bien entendu répondre un « Tu m’en dois pas des explications... » vraiment pas… ?
Il le savait bien, qu’il y avait aussi quelques codes pour contredire cette affirmation  « Et puis, c’est moi… qui m’excuse... » … pour ne pas avoir été là… c’était ce qu’il aurait sans doute voulu ajouter, mais à la place, ses bras avaient resserrés leur étreinte sans ajouter un mot de plus.
Ils n’étaient peut-être que deux abrutis, qui parlaient de pingouins sur une plage, hier comme aujourd’hui… mais il y avait certaines choses dans leur relation qui allait de soi. Et pour lui, être présent pour son aîné en faisait partie….

panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Dim 16 Juin - 20:47



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

D’accord, j’aurais pu te voir avec un tutu et des santiags, mais pas avec le chapeau de pêche. Tu noteras quand même que le tout avec la casquette, c’est pas assorti ! »

En effet, tutu et santiags… quelle belle tenue Jin Hwa lui imaginait. Était-il devenu styliste ? C’était lui derrière les choix de vêtements mémorables qui brûlaient la rétine des pauvres gens qui posaient les yeux dessus ? C’était possible… Woojin ne se rappelait pas avoir vu qu’il avait fait ce choix de carrière, sur les réseaux sociaux, mais peut-être le faisait-il en secret ? Il avait peur que sa célébrité ne l’attire trop sous les projecteurs ?

Mouais… t’as raison… vaut peut-être mieux éviter la casquette aussi… » concéda-t-il en hochant la tête.

L’un pas mieux que l’autre, ils essayaient tous les deux d’éviter l’éléphant dans la pièce. Ils disaient des choses stupides, s’encourageaient dans leurs bêtises. La culpabilité le rongeait, l’étouffait, l’étranglait… Il était « facile » de faire comme si de rien n’était, de suivre le rythme avec Jin Hwa. Ce dernier avait apparemment beaucoup de talents pour ignorer le malaise. Plus que Woojin. L’australien réussissait à continuer, déviant sur les pingouins, les sandwichs au jambon au beurre… Pourquoi du beurre ? Pas de la mayonnaise ? Pas de la moutarde ? Pas du ketchup ? N’importe quelle sauce… non, du beurre ! Pas étonnant quand on pense au fait que les italiens apprécient une baguette et de l’huile d’olive – enfin, de ce qu’il avait entendu. Ça non plus, il n’avait pas trop compris. Il aime pourtant bien l’huile, mais pour faire cuire ou frire !

Ok… là tu marques un peu, le peuple pingouins et moi nous nous comprenons. Je défendrai donc leur cause. »

C’est vrai que vous avez une démarche similaire… » se permit-il avec un sourire nostalgique, trop naturellement, avant de le regretter.

Vraiment ? Il arrivait à faire des références à leur passé comme ça ? L’australien baissa les yeux. Certes, le souvenir de cette histoire restait toujours drôle et attendrissant, mais… pouvait-il se permettre d’en parler si légèrement ? Ils faisaient comme si de rien n’était, donc, Woojin suivait le script intangible qu’ils partageaient…

C’est vrai que t’as jamais vraiment goûté ma cuisine ! »

Un sourire triste qu’il forçait en hochant doucement la tête. Il n’osait pas le regarder, ni vraiment rien dire. Non, il n’avait jamais goûté sa cuisine… française, mauricienne, japonaise, canadienne, peu importe le type qu’il savait faire. L’australien n’avait goûté à rien de tout ça et il ne savait pas tout ça non plus… S’il ne s’était pas fermé définitivement, pour la seconde fois, il y a un an de cela… peut-être qu’il aurait su. Mais non, il était même venu à bout de la patience de Jin Hwa. Triste exploit qu’il devait être le seul à avoir accompli, non ? Son frère de cœur n’était pas du genre à lâcher le morceau, normalement… Le plus jeune avait repris avec ses blagues, Woojin avait tenté de suivre, mais il avait fini par craquer. La culpabilité avait été trop grande, il n’avait plus réussi à faire comme s’il n’avait rien fait de mal, comme s’il ne se sentait pas stupide… Il lui devait des excuses, des explications… C’était difficile, les larmes lui piquaient les yeux, sa voix s’étranglait, mais les mots sortaient.

C’est pas... »

C’est pas… quoi ? Pas suffisant ? Pas une raison ? Woojin baissa la tête, il comprenait… Il avait été idiot. C’était une conséquence à assumer. Il fixait ses pieds comme l’idiot qu’il était, se demandant s’il n’avait pas tout gâché… La surprise vint s’installer, voisine de la culpabilité, en sentant les bras de Jin Hwa autour de lui. L’australien, désespéré, avait passé ses bras autour de son ami, lui aussi. Il ne pensait pas au fait que sa chemise était portée par lui-même… avec… rien d’autre. Il ne portait pas non plus attention au soleil couchant, qui était pourtant magnifique, à l’horizon. Les autres personnes sur la plage pouvaient s’imaginer de belles choses en voyant cette scène, loin de pouvoir se douter de la réalité. Il le serrait comme s’il avait peur qu’il ne change d’idées, qu’il ne parte et ne revienne jamais… Ses épaules tremblaient légèrement, alors que le musicien faisait de son mieux pour retenir ses larmes.

Tu m’en dois pas des explications... »

Woojin hocha vivement la tête pour réfuter ce qu’il disait. Les mots ne voulaient pas sortir, mais les larmes… oui ! Ces sales chieuses… L’australien lui donnerait toutes les explications qu’il ne voulait pas, si ça pouvait faire qu’il ne reste dans sa vie.

Et puis, c’est moi… qui m’excuse... »

De nouveau, il hocha la tête pour le contredire. Il le serra plus fort et tenta de ravaler ses larmes, de se calmer. C’est pas très chic un homme qui pleure comme ça et qui renifle, peu importe le cadre romantique et le costume nudiste…

T’as pas à t’excuser… t’as rien fait de mal… » dit-il, toujours aussi élégant. « C’est de ma faute… c’est moi qui ai craqué… et qui a tout foutu en l’air… parce que… » reprit-il, le serrant plus fort encore.

Le pauvre, il allait probablement bientôt manquer d’air. Il lui avait tellement manqué… il avait tellement peur de perdre ce frère black de nouveau…

Je suis désolé, désolé, désolé… » répéta-t-il encore et encore, comme un vieux disque rayé dépressif.

Pire qu’une fille en spm qui regarde le journal de Bridget Jones… Il finit par se calmer et arrêter son disque, relâcher un peu son étreinte pour laisser son ami respirer… Il renifle de nouveau, so wow, et passe une main sur son visage pour essayer d’effacer ses larmes. Woojin n’ose pas le regarder, trop embarrassé.

On retrouve mes vêtements… et je t’explique…? » proposa-t-il, se disant que c’était peut-être pas une discussion à avoir le cul nu.


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Lun 24 Juin - 19:39



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



Il pouvait les regretter les remarques à la con. Il aurait même pu lui faire le pingouin pour éviter le malaise d’une conversation trop sérieuse. Malheureusement pour aujourd’hui, il ne pourrait pas rester le Jin Hwa intégralement con qui racontait de la merde. On ne pouvait pas toujours prendre la fuite et aider les autres à le faire. Depuis le temps, c’était quelque chose qu’il devait savoir non ?
Ouais… disons, qu’on ne l’avait pas laissé toujours jouer au con. Il avait connu ses propres déraillements… mais le train d’aujourd’hui ne méritait pas de sortir du quai à son sens. Il ne pouvait pas en vouloir à Woojin. Il ne pouvait pas non plus le laisser pleurer pour ça… parce que des excuses, il avait l’impression de lui en devoir aussi. S’il avait été un ami si parfait, il n’aurait pas tant tardé, il se serait décidé avant ce festival où il le retrouvait aujourd’hui sur un ponton… à regarder une culpabilité qu’ils pouvaient bien partager non ?
Ils étaient suffisamment proches pour ça après tout…

Il n’avait rien trouvé à dire de stupide.
Ou peut-être qu’il n’en n’était plus capable lui non plus.
Sentant une réponse à son étreinte, il avait retenu son ami un peu plus fort contre lui. Peut-être un peu trop fort. Et peut-être que la scène avait l’air ridicule pour ceux qui poseraient les yeux dessus. Mais sur le moment, il n’y avait eu que Woojin. Cet aîné dont il avait fait la rencontre un jour sur une plage et qui était devenu l’un de ses premiers amis. Woojin et cette culpabilité qu’il sentait dans ses larmes. Alors, il aurait pu tout aussi bien remarquer quelqu’un en train de les juger qu’il n’en n’aurait rien eu à foutre.
La scène avait l’air aussi ridicule que romantique ? Et alors ?

Il y avait des choses pour lesquelles Woojin ne devait plus se blâmer. Et non, il ne serait pas du genre à lui demander s’il aurait cherché à le retrouver de son côté s’il n’avait pas été celui à reprendre contact aujourd’hui. Dans cette étreinte qui s’était à nouveau resserrée après des mots qu’il pensait, il avait secoué la tête. Oui, il pouvait être borné lui aussi et il refusait que son aîné s’accuse de tout. Ils iraient ensemble au procès… et peut-être un peu plus habillés « Si. Je suis en retard... » d’accord, ils n’avaient jamais défini d’heure et de jour pour les retrouvailles. Pas plus qu’ils ne l’avaient fait pour leur séparation. Mais quelle importance ? C’était toujours trop tard quand quelqu’un vous manquait comme Woojin avait pu le faire à sa vie.

Alors, il pouvait s’excuser en boucle son australien pas très vêtu, ça ne changerait rien. Quand il dépasserait le seuil, il aurait toujours le droit à ce « Arrête.... » … de pleurer, de s’excuser. Son câlin, il y aurait le droit encore un peu parce que finalement c’était un bon prétexte quand on s’était manqué. Il l’aurait presque retenu sa Bridget quand il avait senti leur étreinte se desserrer… mais il avait bien fini par le relâcher à la mention des vêtements et de la certaine urgence qu’ils avaient peut être mis de côté « C’est vrai que t’es toujours à poils. » merci Jin Hwa de t’en souvenir « ça va. On cherche et on… discute. » “on discute” ? ça sonne sérieux hein ? Ouais… mais pas plus que ce qu’il avait dit en laissant son regard se promener aux alentours, prétextant la recherche des vêtements de son ami « Tu m’as vraiment manqué tu sais… alors, des habits ! »
Jin Hwa ? Tu vas où ?
“Somewhere over the rainbow” il supposait, quelque part sur ce ponton… à un endroit où le changement de sujet passait plus discrètement... mais promis il les cherchait pour de vrai les habits du nudiste !


panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 380
Voir le profil de l'utilisateur
Moon Woojin
I believe I can fly
Mer 26 Juin - 16:47



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju


Jour 15 sur SOS

L’ambiance avait changé à cause de Woojin, évidemment. Il n’avait pas su jouer le jeu, faire comme si de rien n’était. Il y avait des jours où c’était plus facile que d’autres, des gens avec qui c’était plus aisé que d’autres. Avec Jin Hwa, il n’aurait normalement pas eu de difficultés. Mais, il se sentait si coupable et il était dans cette atmosphère d’adrénaline qui retombait après être monté sur scène. Il avait repris le chant depuis quelques mois, était toujours aussi fébrile à l’idée de chanter devant des gens. Sa voix n’était toujours pas comme il le souhaitait, mais il continuait, il se battait contre cette peur qu’elle ne le quitte de nouveau. Il rayonnait, il souriait, il enchantait la foule… S’il avait été plus courageux, Priyanka l’aurait entendu en vrai, elle aussi. Woojin n’y était toutefois jamais arrivé avec elle, sa petite amie n’avait entendu que des enregistrements de sa voix et jamais un son authentique de sa gorge brisée. En réalité, l’australien se rendait compte de combien il avait été lâche pendant presque toute sa vie. Se cachant sans cesse derrière la douleur, il s’était refermé encore et encore. Combien de personnes avait-il sorti de sa vie en étant con ? Il en regrettait quelques-uns… Jin Hwa faisait définitivement parti de ces gens qui lui manquaient le plus. Seulement, les événements s’étant enchaînés comme il l’avait fait, Woojin avait réagi de la seule manière qu’il connaissait et s’était refermé… Le temps avait passé, il avait recommencé à s’ouvrir, mais n’arrivait pas à trouver le courage de s’expliquer à son ami d’enfance. Lui envoyer un message semblait plutôt nul… L’appeler lui retournait l’intérieur, il avait peur qu’il ne réponde pas ou qu’il ne lui crie dessus… et pour lui donner rendez-vous, il devait le contacter d’une manière ou d’une autre.

Jin Hwa était peut-être plus jeune, mais il était plus courageux. Il l’avait retrouvé, il était venu lui parler. Woojin ne pensait pas le mériter, alors quand ils faisaient comme si de rien n’était, il se sentait trop mal. Le cœur à la fois lourd et incroyablement serré – presque autant que l’étreinte dans laquelle il avait capturé son ami – il avait fini par s’excuser. Les larmes ruisselant sur le visage, la morve sexy au nez. On avait droit à un pleurs élégant qui vient directement du cœur.

Si. Je suis en retard... »

Et moi donc ? » répliqua-t-il, se disant qu’il était l’idiot qui ne savait même pas qu’ils avaient rendez-vous. « Le plus important est que tu sois là… » ajouta-t-il, en reniflant.

C’était aussi qu’il ne reste. Woojin était prêt à n’importe quoi pour s’assurer que son frère de cœur ne disparaisse pas de nouveau. Il s’excuse, encore et encore, même si ça ne suffit pas à effacer ce qu’il a fait, ni à exprimer ce qu’il ressent.

Arrête.... »

L’australien retient son souffle, quelques secondes, essayant de se calmer, de tout retenir. Il hoche la tête pour acquiescer, Jin Hwa a raison. Il n’arrivera pas à faire du sens ou à arranger quoique ce soit comme ça. Lentement, il le relâche et tente de revenir au premier sujet principal : ses fringues. Il n’est nullement gêné par l’idée de ne porter qu’une chemise qui cache la pudeur qu’il n’a pas, mais il n’aimerait vraiment pas se faire arrêter maintenant.

C’est vrai que t’es toujours à poils. Ça va. On cherche et on… discute. »

Pour une fois que ce n’est pas de ma faute… » commenta-t-il avec un petit rire nerveux.

Il essuie rapidement ses larmes et cherche à retrouver son calme, de nouveau.

On peut… parler quand-même… en cherchant, ouais… » dit-il, la voix encore un peu chancelante.

Il tire un peu sur sa chemise et essaie de voir s’il ne voit pas des silhouettes qu’il reconnaît ou juste un tas de vêtements abandonnés.

Tu m’as vraiment manqué tu sais… alors, des habits ! »

À moi aussi… J’avais parfois envie de commenter tes photos ou te tagger… mais je ne savais pas si j’en avais le droit… » admit-il en soupirant.

Faire comme si de rien n’était. Il y avait pensé aussi, plusieurs fois, se disant que les réseaux sociaux et internet sont parfaits pour ça. Or, il n’avait jamais osé, se disant que leur amitié était trop précieuse pour être traitée de cette manière.

Ah ! Je pense que j’entends les débiles rire ! » s’exclama-t-il, entendant du bruit non loin.

Ouais, c’était comme ça qu’il appelait ses amis qui lui avaient piqué ses vêtements. Assez normal vu la situation. Il attrapa le poignet de son frère black et le tira avec lui dans la direction. Ils tombèrent ainsi sur le groupe de musicien qui picolaient en riant, insouciants et joueurs. Le duo fut accueilli avec chaleur, rires et sourires. Woojin n’était cependant pas d’humeur à toutes ces bêtises, trop retourné par la présence de Jin Hwa. On lui demanda d’ailleurs de qui il s’agissait. L’australien lança un regard mal à l’aise au mauricien, puis répondit tout naturellement qu’il s’agissait de son petit frère black. Non, il n’avait pas changé de statut dans son cœur. Le chanteur n’eut pas envie de s’éterniser, il fila des claques derrière les têtes, des petits coups de poings sur l’épaule et prit ses vêtements qu’il enfila sans tarder. Il leur piqua deux cannettes de bière pour le désagrément, en tendit tout naturellement une à Jin Hwa et prétexta avoir promis à son frère d’aller à la pêche à la sirène. En gros, ils n’allaient pas rester avec eux et se reverraient plus tard. Ayant attiré le plus jeune plus loin, afin de parler tranquillement, il ouvrit sa cannette de bière, se demandant par où commencer.

Comment tu fais, Jin ? T’es plus jeune… mais t’es beaucoup plus brave que moi… » finit-il par admettre, sérieusement impressionné.


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1061
Voir le profil de l'utilisateur
Park Jin Hwa
Boss on set
Mar 2 Juil - 22:04



Festival, nudité & retrouvailles à Jeju



« Oui mais on va dire que ton rôle d’aîné te donne le droit d’avoir cinq minutes de retard de plus que moi. » ou disons plutôt que cette réplique un peu bancale, Woojin l’avait gagnée simplement pour le déculpabiliser. Pour ça, et parce qu’il lui avait manqué.
Oui, on en doutait pas, un autre jour, les mots sortis de la bouche d’un mauricien auraient été bien différents. Un peu plus cons, beaucoup plus en réalité. Le thème ? A l’opposé. Pour ce gamin qui se prétendait toujours plus grand, bien souvent jusque dans l’attitude, il ne faisait pas trop doute que le droît d’aînesse se serait plus révélé être un sujet de taquinerie. Ouais, il aurait même été foutu de lui parler d’expérience de vie quand maintenant il se faisait un peu plus petit « Alors content d’avoir craqué pour m’incruster.... »

Une impulsion pas vraiment réfléchie. Mais une envie de longue date. C’est vrai, il aurait pu le regretter. Woojin aurait pu réagir autrement. Lui en aurait terminé blessé. Deux aînés à quelques mois d’intervalle qui choisissaient de lui tourner définitivement le dos… oui, c’était trop même pour quelqu’un qui prétendait au moyen d’un bouclier fait de conneries être inatteignable.
Mais si maintenant il préférait que son aîné ne s’excuse plus, ce n’était pas vraiment, ou pas seulement, pour pouvoir reprendre une conversation plus légère. Une conversation qui avait fait rire l’un quand l’autre s’était contenté d’un léger sourire.
Qu’est-ce qu’on s’en foutait de la culpabilité et de la rancoeur ?
Ils s’étaient retrouvés non ? Et ça en faisait des années à rattraper !

Des années qui commenceraient donc par la recherche de vêtements « Oh ne mens pas ! Je sais que t’as voulu soigner nos retrouvailles ! » une petite pincée de conneries, ça passait toujours mieux. Mais elle serait manifestement accompagnée d’une petite pincée, d’un petit zeste, rien qu’un reste de sérieux et de douceur.
Hochant la tête pour répondre à son aîné, il avait bien été celui à amener l’aveu en premier. Autant le dire… c’était évident non ? Autrement, il ne serait pas là aujourd’hui…
Son regard avait abandonné les recherches un instant pour se reposer sur l’australien à sa réponse « J’crois que j’aurais été moins en retard si tu l’avais fait... » mais avec des “si” on pouvait refaire un monde à l’image de notre propre définition de la perfection… alors pourquoi en parler « J’ai pas vraiment osé… avant aujourd’hui non plus alors… et puis, c’est mal de se retrouver dans la nudité, sur une plage ensoleillé, à parler de pingouins en cherchant des vêtements ! » oui, ça avait une saveur unique ses retrouvailles. Tout comme sa réplique visant manifestement à déculpabiliser le plus australien des deux.

Trouver les vêtements était cependant toujours la priorité. Plus qu’une conversation sérieuse où il se montrerait sans doute bien maladroit…
Alors il s’était laissé entraîner par son aîné jusqu’à une petite bande d’amis qu’il avait d’abord salué d’un mouvement de tête avant d’y joindre la parole.
Son petit frère black ?
Jin Hwa, si tu trouves que le moment est bien choisi pour souligner qu’il n’a pas oublié ta couleur de peau - qui n’est d’ailleurs pas ta couleur de peau - tu te trompes.
Ce n’était pas vraiment ça… évidemment, il le noterait sans doute. Mais ce que son coeur notait surtout maintenant c’était le statut qu’il avait conservé dans celui de Woojin. Alors quand il avait salué à nouveau les amis de son aîné, pour partir cette fois, après que l’australien en question se retrouve mieux vêtu, il y avait bien ce léger sourire, cette expression qu’on pouvait noter avec une pointe d’observation.
Oui… quelque part, dans son coeur, ça avait battu chaudement.

Un  « Merci » contre une bière, il avait joué un instant avec l’ouverture sous la question posée  « Bah en vrai, j’ai pas de mérite. Dans le fond, on sait très bien qu’entre nous deux, c’est moi le plus mature... » … quoi ? Fallait bien que la connerie sorte ?
Juste cinq minutes de ton temps pour une vraie conversation, c’est trop te demander ?  « Et puis, j’me suis pas lancé tout de suite… c’est juste… Enfin j’veux dire, si je ne l’avais pas fait, j’en serais toujours au même point. Et puis, j’avais vraiment envie de te voir alors... » … ce qu’il pouvait être mignon parfois. S’il n’était pas en train d’ouvrir une canette de bière, on aurait presque pu lui donner 12 ans.
Et c’est après de premières gorgées qu’il avait ajouté  « J’risquais pas grand chose… bon, t’aurais pu être moins content d’me retrouver et j’aurais terminé à manger de la glace vautré sur cette plage »... mais Woojin n’était pas déçu non ? De le retrouver ?


panic!attack


When you worry, call me
Here's a little song I wrote, You might want to sing it note for note. Don't worry, be happy. In every life we have some trouble but when you worry you make it double. Don't worry, be happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: